Définition du code EAN

Définition du code EAN

L’EAN (European Article Numbering) est un code-barres à 8 ou 13 chiffres permettant d’identifier un produit unique, qui est employé dans le commerce et l’industrie.

Histoire du code EAN

C’est aux Etats-Unis, après la seconde guerre mondiale, que l’idée d’un code-barres est apparue. Suite à la fin de la guerre, le nombre de magasin libre-service a explosé, et les problématiques de l’étiquetage, de la gestion des stocks et du passage en caisse se sont faites ressentir.

Deux étudiants américains, Norman Joseph Woodland et Bernard Silver trouvèrent une solution pour automatiser et identifier facilement un produit : le code-barres est né. Il est à l’époque, en forme de cercle pour pouvoir être scanné de tous les côtés.

Code barre de Woodland et Silver

Entre le premier brevet en 1949 et sa première utilisation en 1974, la technologie fut le plus gros frein au futur EAN, et il fallait également qu’un accord soit trouvé entre distributeurs et industriels.

C’est sur un paquet de chewing-gum dans un supermarché de l’Ohio que l’ancêtre de l’EAN, l,’UPC (Universel Product, code à 12 chiffres et toujours utilisé aux USA) fait sa grande arrivée.

L’idée prend de l’ampleur en Europe et en 1977, l’EAN voit le jour, composé de 13 chiffres. Très vite, c’est 150 pays qui vont utiliser ce code-barres. Grâce à la fameuse douchette, la lecture de code-barres devient possible et permet de reconnaître un produit en magasin instantanément.

Le premier produit français doté de l’EAN est un paquet de galette, en 1980, et en 1982, Carrefour et Casino équipent leurs magasins de lecteurs de code-barres. Ce n’est qu’à la fin des années 90 que tous les magasins en sont équipés.

La révolution apportée par les codes-barres est énorme : réduction de temps de passage en caisse, baisse des coûts de 40%, plus de sûreté dans les transactions, la gestion des stocks est optimisée. Aujourd’hui, c’est plus de 8 milliards de bip par jour dans le monde. La force de ce système réside dans le fait qu’il réunit tout le monde : distributeurs, fournisseurs … C’est l’organisation à but non lucratif GS1 (Global Standard One) qui attribue les codes EAN. GS1 fait évoluer en permanence l’EAN, pour permettre d’assurer aujourd’hui une traçabilité du produit à 100%.

« Le code à barres est le premier standard finalement, celui que tout le monde utilise aujourd’hui dans le monde du commerce. »

Sur le web, le code EAN permet également de pouvoir identifier un produit, et ainsi de constituer et gérer son catalogue produit, notamment sur les marketplaces.

 

A quoi sert l’EAN ?

Le code EAN permet d’identifier un produit (ou emballage), permettant de suivre sa traçabilité et connaître ses caractéristiques et son but est de

« concentrer un maximum d’informations sur un minimum de place » d’après Pierre Georget

L’EAN est présent dans la plupart des pays du monde, et est défini comme modèle standard européen depuis 1997. Il est universellement utilisé pour identifier les unités de vente de la grande distribution.

Il est présent sur tous types de biens à la consommation : vêtements, livres, produits alimentaires, médicaments, courrier.

Les avantages du code EAN

Les code EAN présentent 3 avantages :

  • Reconnaissance automatique du produit : il permet d’identifier son produit, son stock, son emplacement, son prix et donc de pouvoir suivre son évolution.
  • Traçabilité : l’EAN permet de savoir le cycle de vie d’un produit : de sa provenance à son consommateur final
  • Gain de temps : la gestion des stocks est simplifiée et optimisée grâce à l’EAN.


Les codes EAN sur les marketplaces

Sur les marketplaces, l’EAN sert à identifier un produit unique. C’est grâce à lui qu’on peut référencer des milliers de produits, que ce soit sur Amazon, Fnac, Rakuten …

Les marketplaces ont adopté l’EAN pour faciliter le référencement des produits sur leur site. Cela signifie que toutes les offres sur les marketplaces sont faites à partir du couple EAN-SKU.

GS1 est l’organisme recommandé par toutes les marketplaces pour obtenir ses codes EAN, grâce au système GTIN (Global Trade Item Number). GS1 distribue et régule les codes-barres à l’international. Ils surveillent notamment qu’une société n’ait pas un code EAN en double par exemple.

Si vous utilisez un autre site pour vous fournir ces codes, vous ne pouvez pas être sûr d’être les seuls à les utiliser. Cela pose un inconvénient majeur : si vous avez un code EAN pour votre produit qui ne provient pas d’une source sûre, votre produit pourrait se retrouver attacher à un produit différent, qui a le même EAN que vous. D’après l’organisation, 10% des codes EAN seraient erronés sur le web.

En plus de permettre d’identifier un produit, le code EAN dispose de plusieurs avantages :

  • Il aide à remonter dans les résultats de recherche Google. Selon ce dernier, le taux de clic est supérieur sur les fiches ayant un EAN, et on enregistre de 20 à 40% de ventes supplémentaires.
  • Avoir un bon code EAN permet de profiter des informations des fiches produits déjà créées, mais également de récupérer les évaluations clients liées à cette fiche produit. On rappelle que, pour Amazon par exemple, une bonne fiche produit a minimum 15 avis clients et une moyenne de 3.5/5.


Structure d’un code EAN

Le code EAN le plus utilisé est le code EAN-13. Comme son nom l’indique, il est composé de 13 chiffres, structuré en trois parties :

  • Le préfixe entreprise : les trois premiers chiffres représentent le pays d’origine du produit (France : 300 à 379)
  • La référence article :
    • les cinq chiffres suivants correspondent au code du fabricant (de 0 à 99 999)
    • Du 8 au 12ème chiffre, ce sont les numéros correspondant au produit du fabricant. Il y a donc 99 999 possibilités pour chaque fabricant. Ces chiffres-là sont « libres » c’est-à-dire que chaque fabricant peut choisir les chiffres utilisés.
  • La clé de contrôle : le 13ème et dernier chiffre est un chiffre de contrôle : il est calculé en fonction des 12 premiers chiffres de l’EAN. Cette clé sert à valider le code-barres.

Ce code est symbolisé par une séquence de barres blanches et noires, devenant ainsi un code-barres.

« Cette combinaison permet théoriquement d’attribuer mille milliards de codes » affirme Pierre Georget, ex-président exécutif de GS1 France.


Les différents types de code-barres

Il existe deux sortes de code-barres : le code-barres linéaires (et linéaires empilés), ainsi que les codes-barres à deux dimensions.

L’EAN fait partie de la première catégorie. Il existe différentes EAN : EAN-8, EAN-13 et EAN-128. Le code EAN-8 est utilisé sur les produits de petite taille et l’EAN-13 sur le reste des produits. L’EAN-128 n’est pas un code-barres à proprement parlé : il permet aux distributeurs et producteurs de s’échanger des données. Tous ces EAN sont des codes GTIN. Ces codes peuvent être différents en fonction du pays et du type vendu :

  • UPC : 12 chiffres pour les USA
  • EAN : 13 chiffres pour l’Europe
  • JAN (Japanese Article Number) : 8 à 13 chiffres pour le Japon
  • ISBN (International Standard Book Number) : 10 ou 13 chiffres pour les livres. Ce code est encore beaucoup utilisé sur Amazon.

Composés de barres blanches et noires, ces codes sont appelés linéaires car ils peuvent être lu dans le sens horizontal.

Ils existent également les codes-barres linéaires empilés : ils regroupent plusieurs code-barres, situé les uns sur les autres et sont lus verticalement.

L’exemple le plus connu de code-barres à deux dimensions est le QR Code. A la différence du code-barres linéaire, celui-ci peut être lu horizontalement et verticalement. Ils permettent également de pouvoir contenir plus d’informations qu’un code-barres classique. Ces nouveaux codes sont utilisés principalement dans la publicité et la distribution.

Après avoir révolutionné le monde de la grande distribution, le code EAN est devenue un élément indispensable sur les marketplaces. En apportant précision et fiabilité, l’EAN et ses 13 chiffres permettent de se retrouver dans le grand catalogue des places de marchés web.